Make your own free website on Tripod.com
Blog Tools
Edit your Blog
Build a Blog
View Profile
« December 2017 »
S M T W T F S
1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31
You are not logged in. Log in
Entries by Topic
All topics  «
RWANDANET ku KARUBANDA
Tuesday, 25 April 2006
Rwanda 1964: Message du President Gregoire Kayibanda aux r?fugi?s rwandais - mars 1964
Tel que publi? dans : RWANDA CARREFOUR D'AFRIQUE N? 31, MARS 1964


Mes chers Rwandais et Rwandaises r?fugi?s,

Au-dessus des soucis que la folie de certains d'entre vous me cause, quand, par des men?es terroristes organis?es de l'?tranger, ils troublent leurs fr?res qui vivent en paix dans notre Rwanda d?mocratique et ind?pendant ;

Au-dessus de l'affliction que la malhonn?tet? de certains d'entre vous Nous a caus?e en Nous traitant de g?nocide ;

Au-dessus de la peine que nous avons ?prouv?e lorsque des gens peut-?tre bien intentionn?s ont mis ? la disposition de vos manœuvres calomniatrices les instruments les plus modernes d'information ;

En d?pit de tout cela nous avons estim? utile de vous adresser un salut fraternel, avec, avec l'espoir que beaucoup d'entre vous l'entendront.

Comment du Rwanda voyons-nous votre attitude dans son ensemble ? Comment le Rwanda juge-t-il vos comportements ? Quelle est surtout notre attitude ? votre ?gard : trois questions au sujet desquelles je vais vous donner le point de vue de la R?publique.

1. Certains d'entre vous en grand nombre ne demandent que la tranquillit? pour se faire ? leur ?tat nouveau ? l'?tranger, s'installer et chercher des moyens pour faire vivre honorablement leur famille. Ils sont raisonnables et ce sont ceux-l? que nous n'avons cess? d'inviter ? rentrer au pays s'ils le veulent.

Certains d'entre vous ne se font pas ? la vie ? l'?tranger et d?sireraient rentrer si l'atmosph?re o? ils vivent s'y pr?tait. Nous sommes ? leur disposition pour leur faciliter le retour pour autant que leurs d?marches ne soient int?gr?es dans les men?es subversives et terroristes comme celles de d?cembre dernier.

Nous savons que la plupart des membres de ces deux groupes sont partis en panique, d'autres sous la pression de sollicitations dont ils n'ont pu mesurer ? temps le caract?re mensonger et inhumain.

Nous savons aussi que les Bureaux r?gionaux du Haut Commissariat aux R?fugi?s sont pr?ts ? vous aider pour nous faire parvenir les donn?es pratiques susceptibles d'aider nos services ? adapter notre dispositif d'accueil.

2. Un petit nombre d'entre vous sont des fanatiques et ne peuvent pas mesurer les grands pas qu'a r?alis?s l'histoire du Rwanda et de l'Afrique depuis les derniers trois ans.

Ces f?odaux imp?nitents se livrent ? une propagande qui tend ? convaincre que le r?gime mwami pourra ?tre r?instaur? : grave et si grave que non seulement le r?gime mwami est condamn? d?finitivement, mais encore ceux qui, dans un aveuglement inou? persistent ? ? combattre pour le mwami ? se condamnent ? p?rir eux-m?mes.

Ces f?odaux imp?nitents se livrent ? des tromperies destin?es ? leur faire donner des sommes d'argent ?normes soit-disant pour aider la cause pr?tendue nationaliste ou humanitaire et cet argent au lieu d'?tre utilis? ? faire vivre les r?fugi?s, est employ? ? l'achat d'armes automatiques qui ne vaincront jamais une arm?e r?guli?re et soucieuse du progr?s du bien commun de la R?publique.

Ces meneurs, dont mieux que moi vous connaissez la ruse et l'incivisme, vous font participer ? des op?rations qu'en d?mocratie vous condamneriez, et contre lesquelles vous pourriez r?agir efficacement ; ils vous rendent des instruments d'un n?ocolonialisme qui pr?tend occuper la place laiss?e par les administrations coloniales d'antan. Vos peines dans les men?es terroristes servent en r?alit? un n?ocolonialisme que l'Afrique condamne.

Les vies humaines qui, malgr? notre vigilance, ont p?ri par terrorisme, ne gagnent rien ? ?tre couvertes par les bruits de vos calomnies ? l'?gard du Gouvernement de la R?publique. Qui est g?nocide ? Posez-vous honn?tement la question et r?pondez-y du fond de votre conscience.

Les Tutsis rest?s au Pays qui ont peur d'une fureur populaire que font na?tre vos incursions sont-ils heureux de vos comportements ?

Qui est g?nocide ? Ceux qui vous appuient et financent vos men?es terroristes et fratricides vous rappellent-ils aussi que les Bahutu ne se laisseront jamais malmener et qu'? vos coups ils n'entendent pas du tout opposer un h?ro?sme qui serait d'ailleurs de mauvais aloi ? Qui est g?nocide ?

D'o? viennent les armes que vous employez ? terroriser vos fr?res des fronti?res ? Pour quels buts vous sont-elles donn?es ? Quelle assise africaine, s?rieuse et constructive a jamais recommand? la lutte arm?e comme moyen de r?gler un diff?rend si diff?rend il y a ? Les difficult?s que vos men?es causent au Burundi et dans les pays qui vous avaient h?berg?s s'inscrivent-ils dans le cadre de la promotion de l'unit? africaine ? N'aident-elles pas au contraire ? r?assujettir l'Afrique ?

Il arrive qu'entre vous, vous vous disputiez : examinez donc le motif de cette m?sentente. N'est-ce pas le fond d'humanisme qui persiste toujours chez un grand nombre d'entre vous ? N'est-ce pas peut-?tre la col?re des plus fanatiques qui ne supportent que l'argent collect? serve ? nourrir et habiller une femme au lieu de servir ? l'achat d'armes ! Que veut dire tutsi ? ? Noble ? comme dans le temps ? ? Seigneur ? comme dans la f?odalit? ? ? Ethnie nomade et terroriste ? comme vous tendez ? le faire ? ou comme c'est actuellement ? s?ide des forces anti-africaines ? ! Quand tous les gens de bien auront ouvert les yeux et reconnu la m?chancet? de vos manœuvres, tutsi ne gardera plus que le sens de ? s?ide des forces anti-africaines ? ou signifiera ? ethnie nomade et terroriste ?.

Venons-en ? votre avenir et ? vos enfants. Nous vous conjurons de penser ? ces ?tres innocents, qui peuvent encore ?tre sauv?s de la peine o? vous conduisez votre groupe ethnique. Nous le r?p?tons particuli?rement ? vous tutsi : votre famille vous impose des devoirs qui sont autre chose que les machinations o? vous perdez votre temps et trahissez l'Afrique en terrorisant votre pays de naissance.

Ne croyez pas avoir rempli vos obligations civiques en laissant vos femmes et vos enfants de 15 ans dans vos rangs terroristes ! Encore une fois, qui est g?nocide ?

A supposer par impossible que vous veniez ? prendre Kigali d'assaut, comment mesurer le chaos dont vous seriez les premi?res victimes ? Je n'insiste pas : vous le devinez, sinon vous n'agiriez pas en s?ides et en d?sesp?r?s ! Vous le dites entre vous : ? Ce serait la fin totale et pr?cipit?e de la race tutsi ?. Qui est g?nocide ?

Certains d'entre vous –et quel cynisme !- comptent pour l'avenir sur les ?tudiants tutsi et les filles tutsi. Quel terrain votre terrorisme pr?pare-t-il ? ces jeunes gens ? Quel est l'avenir de ces malheureuses coureuses dont la mission de noyauteuse de cabaret est tout simplement ridicule ? En mati?re d'espionnage vous avez encore ? apprendre : vous fabriquez des loques humaines qui rendront votre d?faite plus malheureuse et qui rendent plus sombre l'horizon de l'avenir des ?tudiants tutsi.

Et cette fin ?ventuelle, pr?cipit?e ou lente, doit faire r?fl?chir ceux d'entre vous qui ont encore un sens humain.

Quant ? moi, en tant qu'Africain, en tant que votre Pr?sident tant que vous vous appelez Rwandais, je vous ai donn? la solution la plus r?aliste. Cette solution ? votre situation se r?sume en ces quelques points :

1. D?posez les armes, remettez-les au n?ocolonialisme qui vous trompe, et reprenez les sentiments pacifiques.

2. Ceux qui veulent rentrer dans leur pays d'origine sont invit?s ? rentrer : qu'ils s'adressent soit directement ? nos services administratifs sociaux, soit au Bureau r?gional du Haut Commissariat aux R?fugi?s. Nous lui avons indiqu? les donn?es dont nos services ont besoin pour le dispositif d'accueil.

3. Ceux qui veulent rester et s'?tablir dans les pays qui les ont h?berg?s, qu'ils s'?tablissent et obtemp?rent aux lois de ces pays notamment en ce qui regarde la tranquillit? publique. Nos services diplomatiques sont pr?ts ? leur fournir toute l'aide possible par des d?marches et des interventions aupr?s des autorit?s de ces pays.

4. Vos enfants, qui, dans l'enseignement sup?rieur et dans l'Universit? ?tudient avec la bourse octroy?e ou cautionn?e par le gouvernement, nous n'avons cess? de les encourager ? revenir apr?s leurs ?tudes servir la R?publique. Nous avons adress? nos encouragements au bienfaiteur qui, touch? par la mis?re de vos enfants, a instaur? ? leur intention un coll?ge dans un pays voisin avec les autorisations des responsables de ce pays.

Nous vous invitons ? ne pas g?ner le service qu'il rend ? votre prog?niture.

Nous ne nous sommes pas tromp?s dans notre politique, quand d?s les d?buts du Gouvernement provisoire, en octobre 1960, nous avons invit?, et notre Gouvernement et tous les Pays et toutes les instances internationales, ? d?politiser votre probl?me de R?fugi?s.

La R?volution s'est faite violente ? cause de vos leaders d'alors, en novembre 1959 : votre groupe a ?t? vaincu. Le Referendum s'est fait sous les yeux des observateurs de l'ONU, votre groupe a ?t? vaincu. Pendant que mon Gouvernement usait de tol?rance ? l'?gard de l'aile opposant rest?e dans le pays, vous avez machin? d'employer la lutte arm?e ; vous avez chaque fois ?t? vaincus et en m?me temps vous avez caus? la perte de plusieurs vies humaines. Vous mettez en œuvre l'arme de la calomnie qui se retournera contre vous quand les directeurs d'agences et journaux se seront rendus compte qu'ils aident sans le savoir le terrorisme et la subversion.

Depuis le premier juillet 1962, la R?publique Rwandaise est ind?pendante : ses institutions d?mocratiques et d?mocratiquement mises en place par la volont? du peuple restent d?vou?es au peuple, ? tous les citoyens sans exception ni discrimination. La tranquillit? publique a r?gn? jusqu'au moment o? vos incursions sont venues la troubler dans la partie m?ridionale du territoire. Le Pays dispose ? son service, d'une Assistance technique d?vou?e et compr?hensive, recrut?e dans plusieurs pays amis de l'Europe. Le d?veloppement dans tous les secteurs de la vie nationale se poursuit. Et alors, que voulez-vous avec vos incursions terroristes ? Que voulez-vous quand sous la direction de gens inconscients vous boudez l'ind?pendance et le d?veloppement de la R?publique ? A quoi aboutirez-vous quand indirectement vos manœuvres inutiles jettent de la brouille entre le Rwanda et le Burundi ? En quoi vos incursions terroristes r?solvent-elles votre probl?me de r?fugi?s ?

Si vous aimez le Rwanda, suivez la politique que son gouvernement pr?ne en mati?re de r?fugi?s et qui vous est rappel?e dans les quelques points que je viens d'?num?rer.

Le sens commun et la fraternit? africaine vous invitent aussi ? suivre la ligne que nous vous indiquons : revenez pacifiquement ou ?tablissez-vous tranquillement dans les pays qui vous ont h?berg?s.

Nous avons estim? nous adresser directement ? vous R?fugi?s, ? ceux d'entre vous qui ont encore de vrais sentiments d'humanit?. C'est votre droit de savoir ce que nous pensons de votre attitude et nous pensons qu'au moment o? des gens de bien croient pouvoir vous aider, les pr?cisions que nous donnons viendront comme une contribution r?elle ? une action que nous esp?rons susceptible d'aider ? l'am?lioration des conditions de vie de vos familles et de vos adeptes. Ceux qui vous aident sont de deux groupes : rejetez ceux qui vous enseignent la gu?rilla et vous fournissent des armes pour le terrorisme ; ?coutez ceux qui, avec nous, vous invitent ? des sentiments pacifiques et ? la tranquillit? ; optez pour l'une ou l'autre des positions constructives du Gouvernement rwandais.

En tant que votre Pr?sident, je vous ai indiqu? ces positions. Esp?rons qu'il n'est pas trop tard ; que vous vous remettiez dans la ligne de la paix qui est la ligne de l'Afrique et du Monde civilis? d'aujourd'hui.

Quant aux Tutsi qui vivent dans le pays, ils jouissent non pas ?videmment du titre de ? seigneurs ? statut sp?cial ? mais de tous les droits reconnus aux citoyens dans n'importe quel pays d?mocratique. Ne les trompez plus.

Vous pouvez savoir du reste que notre tol?rance ? l'?gard des opposants a permis ? votre terrorisme d'avoir des complices, soit dans la fomentation des troubles, soit dans la compilation des calomnies ? notre ?gard dont une certaine presse s'est fait malheureusement l'?cho. Que ces complices en soient punis, c'est normal, mais il sera mieux encore si vous ne les trompez plus, souvent par des manœuvres r?ellement inhumaines. A quoi vous serviront leur ?garement, leur malheur ou l'entretien en eux d'inqui?tudes qui sont caus?s uniquement par le terrorisme Inyenzi ? Vos dates, le 15, le 25 de chaque mois auxquelles vous d?diez vos incursions sont pour certains d'entre vos cong?n?res un tourment quasi perp?tuel. Mettez cela en relation avec vos haines personnelles, familiales, claniques : Bega et Bahindiro qu'en est-il au juste actuellement dans vos rangs ? De gr?ce, que personne ne continue d'insister sur ce qui peut diviser : cela ne fait que nuire ? la d?mocratie authentique et au progr?s des habitants de la R?publique. Tout le Monde tend ? l'union ; les diversit?s et les minorit?s sont respect?es : la tol?rance fait la loi ; c'est plus r?aliste et plus constructif.

Ce que votre Pr?sident vous rappelle ici est r?el. M?me ceux qui ont fait de vous leur instrument de subversion n?ocolonialiste devraient m'?couter et revoir la disposition de leurs batteries. Ce que je vous rappelle est au-dessus des finances et des armes automatiques.

Je me suis exprim? ? vous avec la franchise que vous me connaissez et que je vous dois dans la situation qu'est la v?tre.


http://nangamadumbu.tripod.com/nikozitambirwa/Gregoire_Kayibanda_1964.pdf



posted by Nikozitambirwa

Posted by rwandanet at 4:43 PM MEST
Post Comment | Permalink
Rwanda 1964: Message du President Gregoire Kayibanda aux r?fugi?s rwandais - mars 1964
Tel que publi? dans : RWANDA CARREFOUR D'AFRIQUE N? 31, MARS 1964


Mes chers Rwandais et Rwandaises r?fugi?s,

Au-dessus des soucis que la folie de certains d'entre vous me cause, quand, par des men?es terroristes organis?es de l'?tranger, ils troublent leurs fr?res qui vivent en paix dans notre Rwanda d?mocratique et ind?pendant ;

Au-dessus de l'affliction que la malhonn?tet? de certains d'entre vous Nous a caus?e en Nous traitant de g?nocide ;

Au-dessus de la peine que nous avons ?prouv?e lorsque des gens peut-?tre bien intentionn?s ont mis ? la disposition de vos manœuvres calomniatrices les instruments les plus modernes d'information ;

En d?pit de tout cela nous avons estim? utile de vous adresser un salut fraternel, avec, avec l'espoir que beaucoup d'entre vous l'entendront.

Comment du Rwanda voyons-nous votre attitude dans son ensemble ? Comment le Rwanda juge-t-il vos comportements ? Quelle est surtout notre attitude ? votre ?gard : trois questions au sujet desquelles je vais vous donner le point de vue de la R?publique.

1. Certains d'entre vous en grand nombre ne demandent que la tranquillit? pour se faire ? leur ?tat nouveau ? l'?tranger, s'installer et chercher des moyens pour faire vivre honorablement leur famille. Ils sont raisonnables et ce sont ceux-l? que nous n'avons cess? d'inviter ? rentrer au pays s'ils le veulent.

Certains d'entre vous ne se font pas ? la vie ? l'?tranger et d?sireraient rentrer si l'atmosph?re o? ils vivent s'y pr?tait. Nous sommes ? leur disposition pour leur faciliter le retour pour autant que leurs d?marches ne soient int?gr?es dans les men?es subversives et terroristes comme celles de d?cembre dernier.

Nous savons que la plupart des membres de ces deux groupes sont partis en panique, d'autres sous la pression de sollicitations dont ils n'ont pu mesurer ? temps le caract?re mensonger et inhumain.

Nous savons aussi que les Bureaux r?gionaux du Haut Commissariat aux R?fugi?s sont pr?ts ? vous aider pour nous faire parvenir les donn?es pratiques susceptibles d'aider nos services ? adapter notre dispositif d'accueil.

2. Un petit nombre d'entre vous sont des fanatiques et ne peuvent pas mesurer les grands pas qu'a r?alis?s l'histoire du Rwanda et de l'Afrique depuis les derniers trois ans.

Ces f?odaux imp?nitents se livrent ? une propagande qui tend ? convaincre que le r?gime mwami pourra ?tre r?instaur? : grave et si grave que non seulement le r?gime mwami est condamn? d?finitivement, mais encore ceux qui, dans un aveuglement inou? persistent ? ? combattre pour le mwami ? se condamnent ? p?rir eux-m?mes.

Ces f?odaux imp?nitents se livrent ? des tromperies destin?es ? leur faire donner des sommes d'argent ?normes soit-disant pour aider la cause pr?tendue nationaliste ou humanitaire et cet argent au lieu d'?tre utilis? ? faire vivre les r?fugi?s, est employ? ? l'achat d'armes automatiques qui ne vaincront jamais une arm?e r?guli?re et soucieuse du progr?s du bien commun de la R?publique.

Ces meneurs, dont mieux que moi vous connaissez la ruse et l'incivisme, vous font participer ? des op?rations qu'en d?mocratie vous condamneriez, et contre lesquelles vous pourriez r?agir efficacement ; ils vous rendent des instruments d'un n?ocolonialisme qui pr?tend occuper la place laiss?e par les administrations coloniales d'antan. Vos peines dans les men?es terroristes servent en r?alit? un n?ocolonialisme que l'Afrique condamne.

Les vies humaines qui, malgr? notre vigilance, ont p?ri par terrorisme, ne gagnent rien ? ?tre couvertes par les bruits de vos calomnies ? l'?gard du Gouvernement de la R?publique. Qui est g?nocide ? Posez-vous honn?tement la question et r?pondez-y du fond de votre conscience.

Les Tutsis rest?s au Pays qui ont peur d'une fureur populaire que font na?tre vos incursions sont-ils heureux de vos comportements ?

Qui est g?nocide ? Ceux qui vous appuient et financent vos men?es terroristes et fratricides vous rappellent-ils aussi que les Bahutu ne se laisseront jamais malmener et qu'? vos coups ils n'entendent pas du tout opposer un h?ro?sme qui serait d'ailleurs de mauvais aloi ? Qui est g?nocide ?

D'o? viennent les armes que vous employez ? terroriser vos fr?res des fronti?res ? Pour quels buts vous sont-elles donn?es ? Quelle assise africaine, s?rieuse et constructive a jamais recommand? la lutte arm?e comme moyen de r?gler un diff?rend si diff?rend il y a ? Les difficult?s que vos men?es causent au Burundi et dans les pays qui vous avaient h?berg?s s'inscrivent-ils dans le cadre de la promotion de l'unit? africaine ? N'aident-elles pas au contraire ? r?assujettir l'Afrique ?

Il arrive qu'entre vous, vous vous disputiez : examinez donc le motif de cette m?sentente. N'est-ce pas le fond d'humanisme qui persiste toujours chez un grand nombre d'entre vous ? N'est-ce pas peut-?tre la col?re des plus fanatiques qui ne supportent que l'argent collect? serve ? nourrir et habiller une femme au lieu de servir ? l'achat d'armes ! Que veut dire tutsi ? ? Noble ? comme dans le temps ? ? Seigneur ? comme dans la f?odalit? ? ? Ethnie nomade et terroriste ? comme vous tendez ? le faire ? ou comme c'est actuellement ? s?ide des forces anti-africaines ? ! Quand tous les gens de bien auront ouvert les yeux et reconnu la m?chancet? de vos manœuvres, tutsi ne gardera plus que le sens de ? s?ide des forces anti-africaines ? ou signifiera ? ethnie nomade et terroriste ?.

Venons-en ? votre avenir et ? vos enfants. Nous vous conjurons de penser ? ces ?tres innocents, qui peuvent encore ?tre sauv?s de la peine o? vous conduisez votre groupe ethnique. Nous le r?p?tons particuli?rement ? vous tutsi : votre famille vous impose des devoirs qui sont autre chose que les machinations o? vous perdez votre temps et trahissez l'Afrique en terrorisant votre pays de naissance.

Ne croyez pas avoir rempli vos obligations civiques en laissant vos femmes et vos enfants de 15 ans dans vos rangs terroristes ! Encore une fois, qui est g?nocide ?

A supposer par impossible que vous veniez ? prendre Kigali d'assaut, comment mesurer le chaos dont vous seriez les premi?res victimes ? Je n'insiste pas : vous le devinez, sinon vous n'agiriez pas en s?ides et en d?sesp?r?s ! Vous le dites entre vous : ? Ce serait la fin totale et pr?cipit?e de la race tutsi ?. Qui est g?nocide ?

Certains d'entre vous –et quel cynisme !- comptent pour l'avenir sur les ?tudiants tutsi et les filles tutsi. Quel terrain votre terrorisme pr?pare-t-il ? ces jeunes gens ? Quel est l'avenir de ces malheureuses coureuses dont la mission de noyauteuse de cabaret est tout simplement ridicule ? En mati?re d'espionnage vous avez encore ? apprendre : vous fabriquez des loques humaines qui rendront votre d?faite plus malheureuse et qui rendent plus sombre l'horizon de l'avenir des ?tudiants tutsi.

Et cette fin ?ventuelle, pr?cipit?e ou lente, doit faire r?fl?chir ceux d'entre vous qui ont encore un sens humain.

Quant ? moi, en tant qu'Africain, en tant que votre Pr?sident tant que vous vous appelez Rwandais, je vous ai donn? la solution la plus r?aliste. Cette solution ? votre situation se r?sume en ces quelques points :

1. D?posez les armes, remettez-les au n?ocolonialisme qui vous trompe, et reprenez les sentiments pacifiques.

2. Ceux qui veulent rentrer dans leur pays d'origine sont invit?s ? rentrer : qu'ils s'adressent soit directement ? nos services administratifs sociaux, soit au Bureau r?gional du Haut Commissariat aux R?fugi?s. Nous lui avons indiqu? les donn?es dont nos services ont besoin pour le dispositif d'accueil.

3. Ceux qui veulent rester et s'?tablir dans les pays qui les ont h?berg?s, qu'ils s'?tablissent et obtemp?rent aux lois de ces pays notamment en ce qui regarde la tranquillit? publique. Nos services diplomatiques sont pr?ts ? leur fournir toute l'aide possible par des d?marches et des interventions aupr?s des autorit?s de ces pays.

4. Vos enfants, qui, dans l'enseignement sup?rieur et dans l'Universit? ?tudient avec la bourse octroy?e ou cautionn?e par le gouvernement, nous n'avons cess? de les encourager ? revenir apr?s leurs ?tudes servir la R?publique. Nous avons adress? nos encouragements au bienfaiteur qui, touch? par la mis?re de vos enfants, a instaur? ? leur intention un coll?ge dans un pays voisin avec les autorisations des responsables de ce pays.

Nous vous invitons ? ne pas g?ner le service qu'il rend ? votre prog?niture.

Nous ne nous sommes pas tromp?s dans notre politique, quand d?s les d?buts du Gouvernement provisoire, en octobre 1960, nous avons invit?, et notre Gouvernement et tous les Pays et toutes les instances internationales, ? d?politiser votre probl?me de R?fugi?s.

La R?volution s'est faite violente ? cause de vos leaders d'alors, en novembre 1959 : votre groupe a ?t? vaincu. Le Referendum s'est fait sous les yeux des observateurs de l'ONU, votre groupe a ?t? vaincu. Pendant que mon Gouvernement usait de tol?rance ? l'?gard de l'aile opposant rest?e dans le pays, vous avez machin? d'employer la lutte arm?e ; vous avez chaque fois ?t? vaincus et en m?me temps vous avez caus? la perte de plusieurs vies humaines. Vous mettez en œuvre l'arme de la calomnie qui se retournera contre vous quand les directeurs d'agences et journaux se seront rendus compte qu'ils aident sans le savoir le terrorisme et la subversion.

Depuis le premier juillet 1962, la R?publique Rwandaise est ind?pendante : ses institutions d?mocratiques et d?mocratiquement mises en place par la volont? du peuple restent d?vou?es au peuple, ? tous les citoyens sans exception ni discrimination. La tranquillit? publique a r?gn? jusqu'au moment o? vos incursions sont venues la troubler dans la partie m?ridionale du territoire. Le Pays dispose ? son service, d'une Assistance technique d?vou?e et compr?hensive, recrut?e dans plusieurs pays amis de l'Europe. Le d?veloppement dans tous les secteurs de la vie nationale se poursuit. Et alors, que voulez-vous avec vos incursions terroristes ? Que voulez-vous quand sous la direction de gens inconscients vous boudez l'ind?pendance et le d?veloppement de la R?publique ? A quoi aboutirez-vous quand indirectement vos manœuvres inutiles jettent de la brouille entre le Rwanda et le Burundi ? En quoi vos incursions terroristes r?solvent-elles votre probl?me de r?fugi?s ?

Si vous aimez le Rwanda, suivez la politique que son gouvernement pr?ne en mati?re de r?fugi?s et qui vous est rappel?e dans les quelques points que je viens d'?num?rer.

Le sens commun et la fraternit? africaine vous invitent aussi ? suivre la ligne que nous vous indiquons : revenez pacifiquement ou ?tablissez-vous tranquillement dans les pays qui vous ont h?berg?s.

Nous avons estim? nous adresser directement ? vous R?fugi?s, ? ceux d'entre vous qui ont encore de vrais sentiments d'humanit?. C'est votre droit de savoir ce que nous pensons de votre attitude et nous pensons qu'au moment o? des gens de bien croient pouvoir vous aider, les pr?cisions que nous donnons viendront comme une contribution r?elle ? une action que nous esp?rons susceptible d'aider ? l'am?lioration des conditions de vie de vos familles et de vos adeptes. Ceux qui vous aident sont de deux groupes : rejetez ceux qui vous enseignent la gu?rilla et vous fournissent des armes pour le terrorisme ; ?coutez ceux qui, avec nous, vous invitent ? des sentiments pacifiques et ? la tranquillit? ; optez pour l'une ou l'autre des positions constructives du Gouvernement rwandais.

En tant que votre Pr?sident, je vous ai indiqu? ces positions. Esp?rons qu'il n'est pas trop tard ; que vous vous remettiez dans la ligne de la paix qui est la ligne de l'Afrique et du Monde civilis? d'aujourd'hui.

Quant aux Tutsi qui vivent dans le pays, ils jouissent non pas ?videmment du titre de ? seigneurs ? statut sp?cial ? mais de tous les droits reconnus aux citoyens dans n'importe quel pays d?mocratique. Ne les trompez plus.

Vous pouvez savoir du reste que notre tol?rance ? l'?gard des opposants a permis ? votre terrorisme d'avoir des complices, soit dans la fomentation des troubles, soit dans la compilation des calomnies ? notre ?gard dont une certaine presse s'est fait malheureusement l'?cho. Que ces complices en soient punis, c'est normal, mais il sera mieux encore si vous ne les trompez plus, souvent par des manœuvres r?ellement inhumaines. A quoi vous serviront leur ?garement, leur malheur ou l'entretien en eux d'inqui?tudes qui sont caus?s uniquement par le terrorisme Inyenzi ? Vos dates, le 15, le 25 de chaque mois auxquelles vous d?diez vos incursions sont pour certains d'entre vos cong?n?res un tourment quasi perp?tuel. Mettez cela en relation avec vos haines personnelles, familiales, claniques : Bega et Bahindiro qu'en est-il au juste actuellement dans vos rangs ? De gr?ce, que personne ne continue d'insister sur ce qui peut diviser : cela ne fait que nuire ? la d?mocratie authentique et au progr?s des habitants de la R?publique. Tout le Monde tend ? l'union ; les diversit?s et les minorit?s sont respect?es : la tol?rance fait la loi ; c'est plus r?aliste et plus constructif.

Ce que votre Pr?sident vous rappelle ici est r?el. M?me ceux qui ont fait de vous leur instrument de subversion n?ocolonialiste devraient m'?couter et revoir la disposition de leurs batteries. Ce que je vous rappelle est au-dessus des finances et des armes automatiques.

Je me suis exprim? ? vous avec la franchise que vous me connaissez et que je vous dois dans la situation qu'est la v?tre.


http://nangamadumbu.tripod.com/nikozitambirwa/Gregoire_Kayibanda_1964.pdf



posted by Nikozitambirwa

Posted by rwandanet at 4:36 PM MEST
Post Comment | Permalink
Sunday, 19 September 2004
RWANDANET ku KARUBANDA
RWANDANET est un groupe de discussion ayant comme objectif de contribuer a la paix et a la reconciliation des peuples dans la region d'Afrique des Grands-Lacs en general, et au Rwanda en particulier.Mieux vaut allumer une petite chandelle que de maudire l'obscurite. RWANDANET est notre petite chandelle. Si tu veux la paix, prepare la paix. Il existe une tentation extremement subtile et dangereuse de confondre la paix avec l'absence de guerre. La paix est plus que le silence des canons. Les hommes ne peuvent s'entendre qu'en admettant mutuellement leurs contradictions. Le Createur nous a donne deux oreilles et une bouche pour que nous ecoutions deux fois plus que nous ne parlions. Le signe distinctif de l'homme du dialogue, c'est qu'il ecoute aussi bien qu'il parle et peut-etre mieux. Il n'a jamais ete question pour un humain de posseder la verite. Il est seulement question d'etre possede lentement par elle. Or, il n'y a personne qui soit totalement possede par la verite et personne qui soit totalement depossede d'elle. Abatabizi bicwa no kutabimenya. Nikozitambirwa.

Posted by rwandanet at 2:59 PM MEST
Post Comment | Permalink

Newer | Latest | Older